Loi de Parkinson

Sommaire

Développée par Cyril Northcote Parkinson, la Parkinson’s Law, loi fondamentale de l’organisation du travail, est fondée sur l’étude du travail dans les administrations britanniques. L’article original mettant en avant le principe issu de cette loi est paru en 1955 dans The Economist.

Qui est Cyril Parkinson ? Quel est le principe mis en avant dans cette loi ? Comment s’applique t-elle ? Ce zoom vous donne les réponses à ces questions.

Qui est l’inventeur de la loi de Parkinson ?

La loi de Parkinson porte le nom de celui qui l’a inventée : Cyril Northcote Parkinson.

Cyril N. Parkinson est un écrivain britannique né en 1909 et décédé en 1993. Durant sa carrière, il a été officier à l'état major général durant la deuxième guerre mondiale, professeur à l'université de Californie et président d'honneur de l'université d'Alabama. Cyril N. Parkinson a rédigé une soixantaine d'essais, dont L'Évolution de la pensée politique en 1957.

À noter : dans son œuvre Les Lois de Parkinson publiée en 1958, il effectue une analyse sarcastique de la bureaucratie et connaît alors un succès mondial.

Loi de Parkinson : quel est son principe ?

Observations faites par Parkinson

Cyril Parkinson a observé la fonction publique britannique. Il a remarqué que l’effectif de la fonction publique s’accroissait à un rythme donné, indépendamment de la quantité de travail à fournir.

Il a appliqué cette observation à d’autres circonstances, pour se rendre compte que, lorsque la taille de quelque chose augmentait, son efficacité diminuait. Ainsi, il a constaté que des tâches simples devenaient plus ou moins complexes selon le temps qui leur était alloué.

En bref : selon Cyril N. Parkinson, plus le temps alloué à une tâche diminue, plus la tâche semble devenir simple et facile à résoudre.

Énoncé du principe

Cyril N. Parkinson propose d’expliquer son observation sous la forme d'une loi, intitulée « loi de Parkinson », avec comme principe : « le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement ».

Remarque : on peut rapprocher ce principe de la loi physique qui énonce qu’un gaz est expansible et qu’il n’a pas de volume propre (« Un gaz s’étend jusqu’à occuper tout le volume qui lui est imparti »).

Comment comprendre et appliquer la loi de Parkinson ?

Temps et tâche

Selon la loi de Parkinson, même si un collaborateur dispose d’un délai important pour accomplir une tâche, il aura tendance à consommer la totalité du temps imparti.

En clair, si un collaborateur dispose d’un délai d’une semaine pour réaliser une tâche, il mettra une semaine. Mais si le collaborateur dispose d’un délai de deux semaines pour la même tâche, il mettra deux semaines pour l’accomplir !

Application de la loi de Parkinson

Plus on dispose de temps, plus on prendra de temps. Il faut donc se fixer des échéances, des délais raisonnables pour accomplir les tâches que l’on nous demande.

Il faut estimer la durée nécessaire pour réaliser une tâche : ni plus, ni moins. En fait ce n’est pas tant la quantité de temps passée qui compte que sa qualité. Il est donc important de se fixer de courtes limites pour accomplir certaines tâches.

Exemple : pour répondre à ses courriels, au lieu de s’éterniser pendant des heures sur sa messagerie, il vaut mieux s’accorder un délai de 30 minutes par jour pour répondre à ses messages à la fin de la journée. Pas plus. On constatera vite que ce temps nous permet de gérer tous nos courriels, alors qu’il nous fallait 3 fois plus de temps auparavant.

Si un projet nécessite un délai beaucoup plus important, le risque reste de le démarrer trop tard. Pour s’aider à démarrer un projet à temps, il est fortement conseillé d’utiliser les rétro-plannings.

Attention : certains managers peuvent faire une mauvaise interprétation de la loi de Parkinson et considérer que la meilleure organisation du travail consiste à prévoir un maximum de tâches sur un temps le plus court possible. La loi est alors déviée de son objectif : des délais trop courts aboutissent à une surcharge de travail, à du stress, et donc à une démotivation du personnel.

La loi de Parkinson peut trouver à s’appliquer dans tous les domaines de la vie.

Exemple : en cas de régime, il est certainement possible de perdre 3 kilos en 6 mois, mais il est également possible de perdre 3 kilos en 8 semaines, si on décide que sa limite est fixée à 8 semaines. Ou bien, il est possible de préparer un semi-marathon en 12 semaines plutôt qu'en 6 mois !

Pour en savoir plus :

Ces pros peuvent vous aider