Gestion de carrière : partir ou rester, comment trancher ?

Sommaire

Vous vous sentez mal dans votre emploi. Toutefois, vous hésitez à prendre un nouveau départ.

Les salariés éprouvant un certain malaise dans leur emploi sont nombreux. Les causes peuvent être diverses : emploi peu intéressant, pas en adéquation avec les valeurs personnelles, mauvaise ambiance, etc. Il y a donc un moment où se pose la question de partir... ou de rester. Comment trancher ?

Le point dans notre astuce.

Évaluer ce qui n'est plus supportable au travail

Il est tout d'abord nécessaire de mettre le doigt sur ce qu'on ne supporte plus au travail. Pour savoir si le malaise ressenti a une cause tangible, sa source doit être trouvée :

  • Ainsi, le harcèlement moral, les demandes à la limite de la légalité ou de l'éthique etc. justifient pleinement un départ.

Bon à savoir : la loi n° 2018-703 du 3 août 2018 a élargi les faits constituant un harcèlement moral. Désormais, on considère qu'il y a harcèlement moral lorsque les « propos ou comportements sont imposés à une même victime par plusieurs personnes, de manière concertée ou à l'instigation de l'une d'elles, alors même que chacune de ces personnes n'a pas agi de façon répétée » ou lorsque les « propos ou comportements sont imposés à une même victime, successivement, par plusieurs personnes qui, même en l'absence de concertation, savent que ces propos ou comportements caractérisent une répétition ». Par ailleurs, le fait de commettre des faits de harcèlement via un support numérique ou électronique devient une circonstance aggravante.

  • En revanche, si l'un de vos comportements est la source de votre malaise, ce n'est peut être pas l'emploi qu'il faut changer mais votre façon de faire. Par exemple :
    • si vous êtes perpétuellement fatigué au travail, peut-être devriez-vous vous coucher plus tôt ;
    • si vous ne vous sentez pas intégré à votre équipe, acceptez les apéritifs entre collègues de temps à autre, etc.
  • Demandez-vous également si la situation est susceptible d'évoluer : les nuisances créées par une stagiaire ne dureront pas !

Faire le point sur sa situation financière

Pour savoir si vous pouvez partir ou s'il est préférable de rester, il est important de faire le point sur votre situation financière :

  • Vous avez actuellement un salaire tous les mois. Une démission vous retirerait tout revenu et une rupture conventionnelle ou un licenciement les tronqueraient sérieusement.
  • Aurez-vous alors suffisamment de ressources pour faire face au quotidien ? Si votre conjoint a un bon salaire, vous pouvez sans doute vous permettre de partir. Dans le cas contraire, il faut bien réfléchir.

À noter : une solution est aussi de chercher un nouveau travail en parallèle. Même avec le risque de la période d'essai, cette option est tout de même plus sûre que de quitter votre entreprise du jour au lendemain.

Intégrer un départ à son plan de carrière

Outre votre situation financière, vous devez vous intéresser à votre situation professionnelle. La gestion d'une carrière est un art :

  • Si vous changez de boite tous les 2 ans : les recruteurs auront peur d'avoir affaire à un candidat manquant de fidélité.
  • Si en revanche vous avez peu changé d'emploi et que vous êtes resté en poste suffisamment pour acquérir une expérience intéressante : c'est sans doute le moment de donner une nouvelle impulsion à votre parcours professionnel.

Réfléchir aux moyens de partir

Si vous décidez de partir, vous devez vous demander : comment ?

  • La démission n'est pas souhaitable, elle vous retire vos droits aux allocations chômage.
  • Quant au licenciement, il coûte cher aux employeurs.
  • La meilleure des solutions est de tomber d'accord sur une rupture conventionnelle.

Vous devez également vous demander quand solliciter cette rupture conventionnelle :

  • Y a-t-il urgence à partir ?
  • Si ce n'est pas le cas, prenez le temps de préparer votre sortie, en commençant les démarches pour trouver un nouvel emploi et en choisissant un moment auquel votre manager sera bien disposé pour prendre rendez-vous.

Enfin, si votre entreprise vous a causé un réel préjudice, vous devez également vous demander si vous souhaitez obtenir réparation. Pour cela, vous pouvez négocier une indemnité au moment de votre départ ou porter l'affaire devant les Prud’hommes.

Quelle que soit votre décision, parlez de votre situation à vos proches. Leur soutien, et notamment celui de votre conjoint, est indispensable dans ces circonstances.

Envie d'être davantage informé avant de prendre une décision ?

  • Retrouvez tous les moyens de quitter son entreprise sur notre page dédiée : Rupture du contrat de travail.
  • Vous avez posé votre démission mais regrettez votre décision ? Il n'est peut-être pas trop tard ! Téléchargez gratuitement notre modèle de lettre : Rétractation suite à une démission.
  • Discuter de votre mal-être au sein de l'entreprise à votre manager peut peut-être permettre de faire évoluer la situation. L'entretien d'évaluation annuel est alors le bon moment.

 

Ces pros peuvent vous aider