Négocier une augmentation de salaire : quel chiffre donner ?

Sommaire

Besoin d'une augmentation ? Pour l'obtenir, vous connaissez sûrement les conseils classiques. Réunissez vos arguments, attendez le bon moment, soyez sûr de vous... Certes. Mais ce n'est pas tout.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est vivement conseillé d'être précis dans le chiffre que vous avancez. Ne misez pas tout sur les négociations, elles vous perdront à coup sûr !

Éviter les chiffres ronds

Une erreur classique est d'annoncer un chiffre rond. Qui dit rond, dit arrondi... Donc, vague :

  • Il ne donne pas l'impression d'être le résultat d'un calcul précis.
  • Votre patron se dira que vous avez apprécié empiriquement vos besoins, et cela pourra lui servir de base pour essayer de baisser le chiffre.
  • Calculez précisément vos besoins :
    • Évaluez très précisément vos dépenses mensuelles.
    • Soustrayez-les à vos revenus mensuels.
    • À partir de là, déduisez-en la somme qui vous manque.
    • S'il vous permet d'identifier précisément vos besoins, effectuer ce calcul vous amène également à identifier les dépenses superflues qui plombent votre budget !

Bon à savoir : c'est d'ailleurs le même système dans les grandes surfaces. Ne trouveriez-vous pas étrange de voir un paquet de lessive à 10 €, ou une bouteille d'huile à 5 € tout ronds ? Vous auriez l'impression que le prix a été arrondi à la hausse, et vous sentiriez arnaqué.

Des chiffres précis, oui, mais sans exagérer !

Pour obtenir une augmentation, il est donc préférable d'avancer un chiffre précis. Attention toutefois aux excès :
  • Si vous avancez un chiffre de 347 567 € annuels, votre patron va hausser un sourcil.
  • En effet, de même qu'un chiffre trop rond semble vague et infondé, un chiffre trop précis peut amener à chercher où est l'arnaque.
  • De la même façon, ne seriez-vous pas étonné par une voiture coûtant 23 576,956 € ?

Ne pas tout miser sur la négociation

Le principe de la négociation est d'annoncer un prix très élevé en partant du principe que la personne va négocier :
  • Cette technique est une tradition sur les marchés et bazars. Elle est plus que déconseillée en entreprise.
  • En effet, votre patron est un gérant qui effectue des calculs précis pour évaluer ses dépenses, qui incluent la masse salariale.
  • En lui annonçant un chiffre rond et trop élevé, vous ne l'aidez pas à évaluer l'impact de votre demande sur le budget de l'entreprise :
    • Si, au contraire, vous donnez un chiffre précis et motivé, il saura plus rapidement s'il peut, ou non, accéder à votre demande.
    • De plus, cela lui montrera que vous avez compris que son métier n'est pas uniquement de distribuer de l'argent, et qu'il a, lui aussi, des contraintes précises.
    • En partant comme cela, les deux parties seront plus enclines à prendre en compte leurs points de vue respectifs, et la discussion sera bien plus constructive.

Argumenter sa demande

Maintenant que vous avez trouvé le bon équilibre entre le chiffre précis et la précision exagérée, préparez vos arguments :
  • Justifier votre demande d'augmentation en montrant à quoi vous servira cette somme est une chose. Mais il s'agit également de savoir à quoi votre patron sera le plus sensible.
  • Vous pouvez ainsi mettre en avant :
    • votre aptitude à générer des bénéfices (ceux-ci pouvant compenser l'augmentation de votre salaire) ;
    • le fait que des personnes de votre expérience coûtent, normalement, plus cher sur le marché ;
    • le fait, donc, que la concurrence pourrait vous offrir plus, etc.

À noter : ne fondez pas votre demande d'augmentation de salaire sur une clause de votre contrat de travail ou de la convention collective qui prévoit que le salaire est indexé sur l'évolution de la valeur de l'indice des prix de l'INSEE. Cette clause est considérée comme nulle par les juges (Cass. soc., 5 octobre 2017, n° 15-20.390).

Bon à savoir : si un employeur commet une erreur pendant quelques mois en appliquant un taux horaire, sur le bulletin de salaire, supérieur au taux horaire normalement applicable, cette erreur ne peut pas être considérée comme une augmentation de salaire. Ainsi, le salarié ne peut pas prétendre à un rappel de salaire une fois que l’erreur a été rétablie (Cass. soc., 16 octobre 2019, n° 18-13.602).

Réussir sa demande d'augmentation :

Ces pros peuvent vous aider