Devenir surveillant pénitentiaire

Sommaire

La profession de surveillant pénitentiaire implique d'assumer la responsabilité de la garde et de la surveillance des personnes placées en détention au cours d'une procédure judiciaire ou en vertu d'une décision de justice, et de faire en sorte que leur réinsertion soit facilitée.

Suivez les étapes de cette fiche afin de connaître la formation à suivre pour devenir surveillant pénitentiaire.

1. Assurez-vous de pouvoir vous présenter au concours de surveillant pénitentiaire

Les surveillants pénitentiaires, ou « gardiens de prison », ont la qualité de fonctionnaires. À ce titre, l'accès à la profession est subordonné à un concours.

Pour vous présenter au concours de surveillant pénitentiaire, vous devez répondre aux critères suivants :

  • être de nationalité française ;
  • jouir de vos droits civiques ;

Bon à savoir : vous ne pouvez pas jouir de vos droits civiques si une décision de justice a prononcé à votre encontre une peine consistant justement en la privation de ceux-ci.

Bon à savoir : seules certaines administrations et employeurs privés peuvent solliciter la communication du bulletin n° 2 de votre casier judiciaire ; vous ne pouvez donc pas demander à ce qu'il vous soit communiqué, contrairement au bulletin n° 3 que vous êtes seul pouvez recevoir, gratuitement.

  • être âgé de 19 ans minimum ou de 42 ans maximum au 1er janvier de l'année du concours de surveillant ;

Bon à savoir : la limite d'âge maximale pour se présenter au concours peut être repoussée dans certaines circonstances : si vous avez un enfant ou une personne handicapée à charge, si vous avez préalablement vécu une situation de handicap non permanent, si vous avez précédemment travaillé dans l'armée française, si vous avez été sportif de haut niveau, si vous êtes parent d'au moins 3 enfants ou souffrez d'un handicap permanent qui n'est pas susceptible de gêner l’exercice de la fonction de surveillant pénitentiaire.

  • être titulaire du brevet des collèges, ou d'un diplôme ou titre au minimum de niveau 3 selon le cadre national des certifications professionnelles (CNPC, créé par le décret n° 2019-14 du 8 janvier 2019), correspond au niveau IV de la nomenclature antérieure ;
  • ne pas avoir enfreint la législation relative au service national.

Conseil : si vous avez un doute sur le niveau de vos diplômes, consultez le site de la Commission nationale des certifications professionnelles.

2. Préparez l'épreuve d'admissibilité du concours pour devenir surveillant pénitentiaire

L'épreuve d'admissibilité au concours de surveillant pénitentiaire consiste en un écrit comportant :

  • une première partie avec un questionnaire à choix multiple portant sur l'histoire française et européenne, la géographie, les institutions de la République, l'actualité ;
  • une deuxième partie avec plusieurs questions de raisonnement logique ;
  • une dernière partie avec la rédaction d'un compte rendu de synthèse de plusieurs documents remis lors de l'épreuve.

Important : une note inférieure à 5/20 est éliminatoire ; vous ne pourrez donc pas passer ensuite les épreuves d'admission.

Lorsque le jury vous communique les résultats de l'épreuve d'admissibilité, il vous précise également si votre note vous permet de vous présenter aux épreuves d'admission.

Conseil : entraînez-vous aux épreuves du concours de surveillant grâce aux annales disponibles en ligne ou dans des manuels spécialisés.

3. Connaissez les épreuves d'admission

Les épreuves d'admission comportent :

  • un entretien de personnalité au cours duquel vous évoquez votre motivation pour l'exercice de la profession de surveillant pénitentiaire ;
  • des tests psychotechniques ;
  • des épreuves physiques (course de vitesse, course de demi-fond et lancer de poids), adaptées au sexe des participants.

Exemple : si vous êtes une femme, vous devez faire une course de vitesse de 60 m, un demi-fond de 400 m et un lancer de poids de 3 kg ; pour un homme, la course de vitesse est de 80 m, le demi-fond de 1 000 m et le lancer de poids de 5 kg.

Vous pouvez solliciter une dispense pour certaines de ces épreuves. Il en va ainsi pour :

  • l'entretien de personnalité, si vous êtes en mesure de fournir un dossier attestant que vous avez une expérience professionnelle de 3 années ou plus en rapport avec les fonctions de surveillant pénitentiaire ; dans ce cas, vous devrez évoquer en lieu et place de votre motivation votre exercice professionnel passé ;
  • les épreuves physiques, sur présentation d'un certificat médical attestant d'une grossesse ou de votre inaptitude temporaire à la pratique sportive.

Important : une note inférieure à 10/20 à la première épreuve d'admission du concours est éliminatoire, de même qu'une note de 0/20 aux épreuves physiques.

4. Soumettez-vous à l’examen médical obligatoire

Une fois admis au concours de surveillant pénitentiaire, vous avez l'obligation de vous soumettre à un examen médical destiné à vérifier :

  • votre acuité visuelle ;
  • votre aptitude à assurer un service de jour comme de nuit ;
  • votre capacité à accomplir pleinement vos fonctions professionnelles.

Bon à savoir : vous devez également subir un dépistage des urines visant à détecter la présence d’éventuelles substances illicites ; votre candidature sera écartée si le résultat est positif.

5. Suivez la formation pour devenir surveillant pénitentiaire

À la suite de votre admission au concours de surveillant pénitentiaire, vous recevez une formation à l’École nationale d'administration pénitentiaire (ENAP), située à Agen, consistant en des enseignements théoriques dispensés sous forme de cours, et des enseignements pratiques sous forme de stages au sein de divers établissements pénitentiaires ou dans d'autres structures de formation.

Bon à savoir : les élèves surveillants de l'ENAP bénéficient, tout au long de leur cursus, d'une rémunération mensuelle de 1 200 € net ; vous pouvez également percevoir des primes dans le cadre de vos stages.

À la fin de votre formation à l'ENAP, vous êtes nommé « surveillant stagiaire ».

À ce titre, vous êtes affecté dans un établissement pénitentiaire pour une année probatoire, à l'issue de laquelle vous serez titularisé. Ce faisant, vous vous engagez à servir l’État français pendant une durée minimale de 3 ans.

Ces pros peuvent vous aider