Formation en gestion d'entreprise

Sommaire

La gestion d'entreprise (plus communément appelée gestion) désigne, d’après le plan comptable général, la mise en œuvre des ressources d'une entreprise pour atteindre les objectifs fixés (résultats, bénéfices, etc).

Il existe différents niveaux de formation en gestion d'entreprise, allant de bac à bac + 6.

Bon à savoir : le décret n° 2019-14 du 8 janvier 2019 définit le cadre national des certifications professionnelles (CNPC) en huit niveaux (de 1 à 8, du niveau le moins élevé au niveau le plus élevé), qui remplace la classification antérieure en cinq niveaux (de I à V, du niveau le plus élevé au niveau le moins élevé). Ce classement, entré en vigueur en janvier 2019, est effectif depuis le 1er janvier 2020.

À noter : depuis février 2021, la plateforme gouvernementale InserJeunes propose aux jeunes des conseils dans leurs choix d’orientation. Accessible dès la troisième en voie professionnelle, en lycée professionnel ou en CFA, la plateforme présente des indicateurs clés sur chaque formation et sur leurs débouchés.

Formation à la gestion d'entreprise : niveau 4 (anciennement IV), le baccalauréat STMG

Le bac STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) est un bac technologique qui forme, en 2 ans après la classe de seconde générale et technologique, des employés du secteur commercial. On y enseigne les grandes notions du fonctionnement des organisations.

Exemple : relations au travail, nouveaux usages du numérique, marketing, recherche et mesure de la performance, analyse des décisions et impact des stratégies d'entreprise.

Ce diplôme comprend trois types d'enseignement, technologique, général et économique/juridique.

Enseignement technologique

Ces cours sont communs en 1ère. Ils sont en lien avec la spécialité choisie en terminale (sur les 4 que propose ce bac, 2 touchent à la gestion, l'enseignement de mercatique et, surtout, l'enseignement en gestion et finance.

Enseignement général

Il comporte du français, des maths, des langues, de l'histoire-géographie, de la philosophie et de l'EPS.

Enseignement en économie

Ces cours portent sur l'économie ainsi que sur le droit et le management des organisations.

Formation à la gestion d'entreprise : niveau 5 (anciennement III), les BTS de gestion

Les brevets de technicien supérieur (BTS) forment, en 2 ans après un bac général, technologique ou professionnel, des spécialistes à même d’occuper des postes opérationnels en entreprise. Les cours sont le plus souvent organisés par des lycées professionnels, mais aussi en écoles privées.

Il existe cinq BTS préparant aux métiers du commerce/ gestion, le BTS commerce international, le BTS négociation et relation client, le BTS management des unités commerciales, le BTS technico-commercial et le BTS comptabilité-gestion.

BTS commerce international

Ce BTS comprend l’apprentissage de minimum 2 langues étrangères, auquel s'ajoutent des bases de gestion, marketing, droit, etc.

BTS négociation et relation client (NRC)

Cette formation vise à préparer les étudiants aux réalités de la vente. Au programme, les techniques de négociation l'expression et la communication interpersonnelle. Ce BTS est souvent proposé en alternance.

BTS management des unités commerciales (MUC)

Davantage orienté marketing et management que le BTS NRC, ce BTS se penche d’avantage sur l’ensemble de l’offre commerciale.

Négociation et communication interpersonnelle y représentent aussi une large part des apprentissages.

BTS technico-commercial

Ce BTS allie un apprentissage des métiers de la vente à une variété de spécialisations techniques (il en existe une petite vingtaine, allant de l'agroalimentaire à la domotique, en passant par les textiles industriels).

Il a pour objectif de former des commerciaux à double compétence, professionnels souvent très recherchée par les entreprises.

BTS comptabilité-gestion

Ce BTS forme des collaborateurs comptables en entreprise ou en cabinet.

On y trouve des langues vivantes, de la culture générale, des mathématiques appliquées, du management des entreprises, de la comptabilité, de l'analyse financière et de l'informatique.

À noter : les sortants de ces BTS peuvent exercer différentes fonctions, chargé des ventes, animateur des ventes, conseiller commercial, manager de rayon, responsable d'agence, chef de secteur, technico-commercial, etc.

Formation à la gestion d'entreprise : niveau 6 (anciennement II), les BUT et les licences professionnelles

Important : il a été constaté que le niveau bac + 2 n'était pas toujours suffisant pour accéder à un métier, et que les étudiants poursuivaient le plus souvent leurs études après un DUT. Aussi, à partir de la rentrée 2021, le DUT est remplacé par le bachelor universitaire de technologie (BUT). Ce nouveau diplôme est obtenu après trois ans d’études (grade licence, niveau 6 du CNPC). 24 mentions sont proposées, correspondant aux 24 spécialités des anciens DUT. À l'issue de leurs deux premières années, les étudiants obtiennent néanmoins toujours le diplôme intermédiaire de DUT (arrêté du 6 décembre 2019).

Le BUT Gestion administrative et commerciale des organisations (GACO)

Le BUT (bachelor universitaire de technologie) est un diplôme qui forme en 3 ans après le bac, en université, des gestionnaires polyvalents en organisations privées ou publiques, des collaborateurs ou assistants de direction générale ou de chef d'entreprise.

Ses diplômés sont capables d'assurer des fonctions étendues en comptabilité de gestion, fiscalité, gestion financière et juridique, suivi des clients et administration commerciale.

Ils possèdent aussi des compétences fortes en communication, bureautique et ressources humaines.

Le BUT GACO est accessible aux titulaires d'un bac (le plus souvent général ou STMG) sur dossier et entretien, voire tests.

Licence professionnelle 

La licence professionnelle (LP) complète, en 1 an, les acquis des sortants d'anciens DUT ou de BTS.

Ce diplôme s'adresse en effet à des titulaires d'un bac + 2 souhaitant acquérir un niveau de qualification supérieur dans un domaine proche du leur ou une double compétence.

La licence professionnelle se prépare à l'IUT (institut universitaire de technologie), à l'université, mais aussi en école, en lycée ou en CFA (centre de formation d'apprentis). En effet, elle se fait souvent en alternance.

Il existe un grand nombre de licences professionnelles touchant aux métiers de la gestion des entreprises.

Exemple : management et gestion des organisations, métiers de l'entrepreneuriat, gestion des organisations agricoles et agroalimentaires, management des organisations spécialité contrôle de gestion PME, ou encore assistant de manager.

Niveaux 7 et 8 (anciennement I), les IAE, masters, écoles de gestion, mastères spécialisés et MBA

IAE (instituts d'administration des entreprises)

Placés au sein des universités, les 32 IAE sont des écoles universitaires de gestion.

Accessibles sur dossier et examen à la sortie d'un bac + 3, ces instituts de gestion et de management autonomes sont peu ou prou l'équivalent des écoles de commerce, avec l'avantage de frais de scolarité nettement moins élevés.

Encadrés par des enseignants-chercheurs et des professionnels, ils forment des managers de pointe et revêtent une forte dimension internationale.

Masters

Ces filières d'excellence des universités se préparent en 2 ans après la licence.

Il en existe des dizaines, chacune porteuse de sa spécialisation propre :

  • audit et gouvernance des organisations ou international finance (IAE Aix-Marseille) ;
  • carrières bancaires et financières (Rennes 1) ;
  • comptabilité-contrôle-audit (Paris-Dauphine) ;
  • contrôle de gestion et systèmes d'information (Cergy-Pontoise) ;
  • management des achats (IAE Lyon, Université Jean Moulin), etc.

Les masters les plus prestigieux n'ont rien à envier aux écoles supérieures de commerce en matière de débouchés (niveaux de salaire, déroulé de carrière).

Bon à savoir : depuis le 1er février 2023, la plateforme monmaster.gouv.fr remplace le portail trouvermonmaster.gouv.fr. Cette plateforme permet aux étudiants de s’inscrire en première année de master et de consulter toutes les offres de formation en master. Les candidatures ouvrent le 22 mars 2023. La phase d'admission a lieu entre le 23 juin et le 21 juillet 2023. Les étudiants qui acceptent une proposition d'admission peuvent s’inscrire définitivement dans l'établissement jusqu'au 30 septembre 2023 (arrêté du 28 février 2023). En l’absence de réponse à la fin de la période d’admission, la candidature est réputée être rejetée.

Écoles supérieures de commerce et de gestion

Il existe en France plus de 150 écoles privées de commerce et de gestion, dont la moitié donne un niveau bac + 4 ou bac + 5.

Certaines recrutent directement après le bac (le concours Atout + 3 par exemple), d'autres (les plus prestigieuses) après 2 ans de classe préparatoire. D'autres, encore, privilégient les admissions parallèles (sur concours après un bac + 2 à 4).

Dans tous les cas, elles offrent des formations solides, dans des locaux très agréables, dispensées par des enseignants souvent de haut niveau et/ou des professionnels en exercice.

Grâce à leur réseau d'entreprises et d'anciens, solidement implanté en France comme à l'étranger, elles favorisent les stages nombreux et de qualité pour leurs étudiants. L'alternance y est aujourd'hui massivement pratiquée, avec à clé une insertion facilitée et des frais de scolarité réduits.

Mastères spécialisés

Ces formations de pointe en gestion, réservées aux titulaires d'un niveau bac + 5, les spécialisent, en 1 an, dans le secteur de leur choix (financier, bancaire, judiciaire, de l'économie et du management, etc.).

Généralement proposés par les écoles de commerce, les mastères spés sont des formations payantes, qui recrutent sur dossier, entretien et tests. Elles comprennent une large part de pratique (stages).

Bon à savoir : les mastères spécialisés en gestion constituent un moyen pour les ingénieurs de se doter d'une double compétence technique-gestion ou management, très prisée des recruteurs. Ils s'effectuent souvent par la voie de la formation continue.

MBA

Ces autres formations de pointe, elles aussi ouvertes aux titulaires d'un bac + 5, se pratiquent la plupart du temps via la formation continue.

Les masters of business administration (MBA) sont en effet la voie en or pour des professionnels de la gestion déjà en exercice, auxquels ils permettent d'acquérir une spécialisation plus pointue ou de se doter de compétences managériales de haut niveau.

De forte dimension internationale, les MBA, plus ou moins cotés selon l'école de management dont ils dépendent, débouchent sur un diplôme reconnu dans le monde entier.

Bref, un sésame pour booster sa carrière... À condition de pouvoir investir (ou se faire financer par son entreprise), les frais de scolarité étant généralement de plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Bon à savoir : la plupart des MBA sont proposés en « part-time » (temps partiel) et offrent des calendriers largement modulables, afin de coller au mieux aux impératifs des entreprises.

Ces pros peuvent vous aider